Dégustation « accords mets – vin » chez Bouchard Aîné & Fils à Beaune

Chaque année la maison Bouchard Aîné & Fils organise une dégustation haut de gamme dans ses caves situées sur le boulevard circulaire de Beaune. Cette dégustation a lieu le week-end de la vente des vins des Hospices de Beaune, cette année le week-end du 20 & 21 novembre 2010.
L’entrée est payante (Tarif 2010 : 29 euros en pré-réservation ou 33 euros sur place).

Au programme 2010, un thème intéressant : « Coquillages et Crustacés » accompagneront 5 dégustations de Blanc et 5 dégustations de Rouge. Les vins ont été sélectionnés par Jean Lupatelli, viticulteur de la maison Bouchard Aîné ; les produits de la mer par Virginie Brouant, poissonnier-écailler à Beaune, et la cuisine opérée par Laurent Parra, Chef du Restaurant Le Conty.

Nous attaquons la dégustation par une association inhabituelle mais pour le moins détonante : huître de Marenne-Oléron avec un Crémant de Bourgogne (13 euros, note : 13,5/20). L’acidité et le charnu de l’huitre se marie à merveille avec la vivacité et l’explosivité de ce crémant. A tester pourquoi pas un Champagne Jacquesson sur de belles huîtres pour les prochaines fêtes.
La dégustation de Blanc s’est poursuivie par :
• un Savigny-lès-Beaune « Dessus Les Vemots »2008 avec une Coquille St Jacques huile d’olive et copeaux de truffe ;
• un Corton-Charlemagne Grand Cru 2008
• un Chassagne-Montrachet 1er Cru « Morgeot » 2007
• un Meursault 1er Cru « Le Porusot » 2007

L’ensemble, plutôt séduisant sur le papier, ne nous pas trop emballé en bouche : le Savigny était trop boisé et sera a regoûté au minimum dans un an (18 euros, note : 11,5/20), le Corton trop jeune malgré un grand potentiel (90 euros, note : 14/20) et le Meursault assez classique sans émotion particulière (50 euros, note : 13/20). Seul, le Chassagne-Montrachet nous a procuré une belle émotion (49 euros, note : 15,5/20).

La transition vers la dégustation de Rouge s’effectue par la dégustation sur fût du Pommard 1er Cru « Les Charmots » 2010. Toujours intéressant comme expérience surtout quelques jours après la sortie du Beaujolais Nouveau. Il n’en reste pas moins qu’un Pommard de 2 mois ne se laisse pas facilement amadoué !
S’en suit un Nuits-Saint-Georges 1er Cru « Les Chaboeufs » 2006 sur la puissance et la jeunesse (44 euros, note :13/20), puis un Echezaux Grand Cru 2006 (90 euros, note : 15/20) servi avec des gambas en cocotte. Cet Echezaux est bien sûr de belle facture avec un très bel équilibre mais il mérite de rester encore quelques années en cave.
Place maintenant aux vieux millésimes : match entre un Gevrey-Chambertin en magnum de 1983 et un Pommard 1er Cru « Les Charmots » 1951 ! Même si 1951 n’est pas une année exceptionnelle, ce Pommard est encore incroyablement vif et nous laisse une émotion dégustative dont nous nous souviendrons encore pendant plusieurs années.

La prestation fût de qualité et l’expérience à renouveler. Merci à la Maison Bouchard Aîné & Fils de cette initiative.

La Maison Bouchard Aîné & Fils appartient aujourd’hui à la Famille Boisset. En 1750, Michel Bouchard crée la maison avec son fils Joseph et entretien un savoir-faire de plus deux siècles.

[nggallery id=9]

Plus d’informations sur : www.bouchard-aine.fr

Appréciation "coeurs" >> 5: Exceptionnel; 4: Très bon; 3: agréable; 2: correct ; 1: passable

Commentaires

  1. Arnaud Arnaud dit :

    L’expérience fût intéressante et le moment plutôt agréable. Sympa pour attaquer le WE. Le Pommard 51 valait le détour. Quel peps pour un grand-père!

Ecrire un commentaire

Connectez-vous avec votre compte existant de Facebook ou Twitter:

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.